Présentation de l’association pour le droit a la langue du pays d’accueil (DRAL)

Publié le par admin

Présentation de l’association pour le droit a la langue du pays d’accueil (DRAL)

L’association « droit à la langue du pays d’accueil » est née en 2004 suite au constat d’un certain nombre d’associations quant aux difficultés rencontrées par les populations non francophones pour vivre en France sans maîtriser la langue de leur pays d’accueil. Cette association est née également du constat des très grandes difficultés pour accéder à la formation linguistique.

Considérant la pratique de la langue du pays d’accueil comme nécessaire pour accéder aux droits, pour accéder au marché du travail, pour pouvoir suivre la scolarité de ses enfants, pour comprendre et participer à des activités culturelles, pour exercer une activité syndicale, pour la citoyenneté…

L’association Droit à la langue du pays d’accueil s’est fixée comme objectif de faire émerger un véritable droit à la langue du pays d’accueil pour tous les migrants, les nouveaux arrivants comme ceux déjà installer dans notre pays.

Après les élections 2007 des modifications importantes ont affecté la politique d’immigration après la mise en place d’un Ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du co-développement et vote par le Parlement de la loi Hortefeux. Celle-ci conditionne dorénavant l’introduction de nouveaux migrants à la maîtrise préalable de la langue française. Nous pensons qu’il existe une autre approche du droit régissant le séjour et l’intégration des étrangers en France. La langue doit être un facteur d’intégration et non d’exclusion.

Tel est l’esprit et le contenu de la proposition de loi qui a été déposée au Sénat en mai 2006 (et déposée à nouveau en 2008 au Sénat et à l’Assemblée Nationale). Une démarche et une proposition de loi qui entendent justement faire émerger un véritable droit permettant à tous d’accéder à une formation linguistique.

Publié dans Qui sommes-nous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article